23 mai 2010

La dépression expliquée par la théorie du poireau

"-  Je me sens comme un jardinier qui verrait ses légumes décroître. Son premier instinct est d'observer attentivement ses poireaux et ses salades, à s'en rendre malade. Il n'en dort plus la nuit, en devient obsédé. Puis, un voisin vient le voir. Il lui dit : plutôt que de scruter sans arrêt tes poireaux, peut être pourrais-tu te demander s'il n'y a pas dans la terre, le climat, le temps qu'il fait, que sais-je, quelque chose qui pourrait aller mieux ? Alors le jardinier se souvient que sa terre n'est pas si mauvaise. Il... [Lire la suite]
Posté par Martin86 à 18:41 - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 mai 2010

Le mobile-home

"L'écorce des conifères, la terre et la végétation grasse, la silhouette des montagnes noires disparues dans les nuages, aussi loin que je pouvais regarder, tout était froid et ruisselant d'eau. La pluie fine tombait depuis des jours sans aucune accalmie. Le ciel était si bouché que le vague espoir du soleil s'était enfui depuis longtemps et sans aucun doute, la bruine allait persister, d'autant plus insupportable que nous nous trouvions en plein mois d'août. Pour échapper à l'humidité qui me figeait les os, je me suis dirigé... [Lire la suite]
Posté par Martin86 à 18:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 mai 2010

Le mobile-home (suite)

"- Le radiateur devait être allumé car il régnait à l'intérieur une atmosphère tropicale. Les murs suintaient depuis le plafond jusque au laminé-bois du sol et tout exhalait à présent un renfermé tiède. C'est alors que dans la pénombre, j'ai vu sa silhouette étendue sur le lit. Parfaitement immobile. Je me suis approché, j'aurais voulu murmurer son prénom mais je suis resté muet de stupeur quand j'ai aperçu son visage exsangue, glacé et surtout ses yeux. Ils regardaient au ciel, fixement, avec ce regard que l'on connaît tous... [Lire la suite]
Posté par Martin86 à 18:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2010

Les fantômes meurent-ils ?

« Quand les fantômes apparaissent, ils convoquent leurs journalistes à eux, c'est à dire la peur et toutes les douleurs qui vont avec, faisant un vacarme de souffrance sans nom. Et puis quand ils s'éclipsent, si jamais ça arrive, ils s'éloignent sans bruit, sur la pointe des pieds, avec une discrétion plutôt sidérante si l'on se souvient de tout leur boucan. Ils se dégonflent comme des ectoplasmes qui n'ont plus aucun éclat, qui ne font plus peur. Le paysage qu'ils laissent derrière eux est devenu si banal que l'on vit comme si... [Lire la suite]
Posté par Martin86 à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2010

Les nuages changent (poèmeArapaho)

« Les nuages changent » me suis-je dit en regardant la Pointe de Saint-Gildas. La cote lointaine se noyait dans la mer éperdue et le ciel n'arrêtait pas de se confondre toujours plus avec l'écume. Était-ce à ce moment là que la pensée m'est venue ? Les cris des mouettes et des cormorans se mélangeaient également aux rires des gens sur la plage en contrebas, pas loin. Dans cette carte postale sonore et floue, je ne distinguais même plus les voix de Juliette et de Lucie qui devaient jouer, « pas trop près de la mer, surtout »,... [Lire la suite]
Posté par Martin86 à 19:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2010

L'Africain

« J'avais toujours voulu être découvreur, me rendre vers l'inconnu. Aujourd'hui, si l'on est ni chercheur, ni artiste, mais qu'on a connu cette aventure unique d'avoir suivi un long chemin vers soi-même, certaines frontières inaccessibles deviennent possibles. L'Africain me regardait sans un mot. J'interrogeais son regard, afin d'y observer un quelconque acquiescement ou, au contraire, une désapprobation, voire même de la surprise...mais rien. Évidemment, les analystes ne se départissent jamais de leur neutralité, me suis-je... [Lire la suite]
Posté par Martin86 à 19:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 mai 2010

Quoi de plus beau que partir en voyage ?

« Quoi de plus beau que partir en voyage? » me disais-je, alors que les maléfices des vagues m'emportaient, là où le réel se confond avec le sentiment d'être. » ("Quoi de plus beau que partir en voyage", est inspiré du dernier texte de Michel Lardreau, directeur général des Maisons de jeunes et de la culture, mort du Sida dans les années 80, et qui accepta, avec une cinquantaine de malades,  que les médecins puissent expérimenter sur lui de nouveaux médicament, à l'époque, très aléatoires, pour permettre de faire... [Lire la suite]
Posté par Martin86 à 19:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 mai 2010

La béquille

« Bien des matins que le ciel me donne, je m'arrête à un tabac-presse, toujours le même. Il se situe dans un quartier pas très favorisé de Châtellerault et chaque matin, j'y croise des gens qui viennent y acheter des béquilles. Les gens que je croise, qu'ils soient vieux ou jeunes, chômeurs ou pensionnés, dépensent tous leurs sous dans des "morpions", des "lotos" ou des billets de PMU. Je les croise depuis toujours, pas seulement à Châtellerault, mais depuis mes premiers matin de mars."
Posté par Martin86 à 20:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 mai 2010

La piste

« C'est sûr. Leur premier espoir, c'est le miracle. Ils y croient dur comme fer. Ils espèrent que toutes ces béquilles qu'ils achètent vont devenir des souliers fabuleux, capables de franchir mille lieues, seront la princesse qu'ils cherchent depuis toujours, l'amour disparue ou bien encore, leur fournira de l'alcool et des cigares jusqu'à la fin des temps. Comme si les fantômes qu'ils ont croisés, sempiternellement dans leur vie, pouvaient se métamorphoser en bons génies de contes de fée. Tous les éclopés de la terre ne répètent que... [Lire la suite]
Posté par Martin86 à 20:12 - Commentaires [4] - Permalien [#]